décembre 5, 2022

Questions sur le déni. Questions sur l’Oedipe.

Une séance de séminaire du 14/12/2021 organisée dans le cadre du groupe de recherche : Sciences Sociales et Psychanalyse. Partant du constat de la méconnaissance de la psychanalyse de la part de plusieurs disciplines des sciences sociales mais aussi du…

0
(0)

Une séance de séminaire du 14/12/2021 organisée dans le cadre du groupe de recherche : Sciences Sociales et Psychanalyse.
Partant du constat de la méconnaissance de la psychanalyse de la part de plusieurs disciplines des sciences sociales mais aussi du déclin de l’intérêt manifesté à l’égard de cette discipline depuis plusieurs décennies, notre ambition est d’organiser une série de séminaires pour questionner la validité des catégories de la psychanalyse quand elles sont mises à l’épreuve de thèmes politiques à l’instar du terrorisme, du populisme, du nationalisme, de l’antisémitisme ou d’enjeux plus généraux, comme ceux touchant la civilisation, la violence dans l’histoire, la masse, la rage destructrice.

Questions sur le déni. En quoi le concept de perversion nous éclaire sur certains problèmes contemporains ? 
Intervenant: 
Andrzej Leder, Professeur, Institut de Philosophie et de Sociologie, Académie des Sciences de Pologne, (IFfiS-PAN) 

L’un des enseignements les plus importants de la pandémie porte sur la force du déni dans nos sociétés. En témoigne en particulier le refus de la vaccination ainsi que l’agressivité que la question de vaccination suscite. Ces attitudes sont symptomatiques d’un processus plus complexe et structurel engageant l’autorité de la science et de la raison comme source de confiance. Nombreux sont ceux qui jugeant l’entendement rationnel stérile recherchent, dans une vision manichéenne, les forces du mal responsables de leur malaise ainsi qu’un héros prêt à venger leur innocence assumée.  Ces désirs et phantasmes – au sens lacanien – conduisent à poser la question : qu’est-ce qui est réellement dénié dans cet état d’esprit collectif ? Avons-nous à faire à une donnée cruciale pour notre temps ? Si oui, quelles sont les conditions de possibilité de ce type de structure mentale ?

Questions sur l’Oedipe. La psychanalyse est-elle soluble dans l’anthropologie ?
Intervenant: 
Paul Luciani, Chercheur,  IDEMEC Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparativeMaison méditerranéenne des sciences de l’homme

Si Freud prétendait détenir, avec le mythe de l’Oedipe et l’inconscient, l’explication de l’une des dimensions les plus importantes de la culture humaine, force est de constater qu’il n’a pas fait école en anthropologie. La débat sur l’universalité du complexe d’Oedipe, biaisé dès l’origine, n’a débuté qu’avec les travaux de M.C. et E. Ortigues au Sénégal. Ceux-ci, en montrant comment sa résolution pouvait varier en fonction de l’organisation familiale et culturelle, ont amorcé une classification des « types de cultures » auxquels correspondaient des modes de subjectivation privilégiés. Néanmoins, cela n’a pas permis de résoudre le problème, soulevé par A.L. Kroeber, puis M. Godelier, de l’insertion du mythe du meurtre du père de la horde dans le cadre d’une anthropologie générale intégrant les apports de la biologie, de la paléontologie et de l’éthologie actuelles.

Responsables scientifiques : François Bafoil, Sciences Po – CERI / CNRS  (UMR 7050) et Paul Zawadzki, Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL/UMR 8582).

0 / 5. 0