décembre 5, 2022

TROISIEME NATURE teaser

Poursuivant nos recherches sur les notions d’accident, d’anomalie ou d’erreur créatrice déjà à l’œuvre dans notre précédente création (GLITCH, 2019), nous les élargissons aux frottements entre l’organique et l’artificiel, l’humain et le non-humain, le vivant et le non-vivant. Comment accueillir…

0
(0)

Poursuivant nos recherches sur les notions d’accident, d’anomalie ou d’erreur créatrice déjà à l’œuvre dans notre précédente création (GLITCH, 2019), nous les élargissons aux frottements entre l’organique et l’artificiel, l’humain et le non-humain, le vivant et le non-vivant. Comment accueillir et traduire dans notre pratique les dynamiques complexes qui agitent aujourd’hui nos écosystèmes, où s’entremêlent effondrements, mutations et renouveau ?
Avec ce spectacle, nous voulons proposer au spectateur une autre manière de regarder et donc de ressentir, détachée de l’idée de progression comme du besoin d’identification. Proposer non pas un phrasé chorégraphique identifiable, une corporalité spécifique ou définie, mais une succession d’images laissant la place au hasard en travaillant la figure de la paréidolie, ce transformisme spontané du visible qui peut nous faire voir un cheval dans un nuage ou une chaîne de montagnes dans des tâches d’humidité. Défaire les territorialisations préconçues du regard, désidentifier ou déhiérarchiser les formes pour leur permettre de dire ou de montrer autre chose que ce que nous avons l’habitude de leur soutirer.
Au centre d’un dispositif circulaire autour duquel le public est face.cx">installé, nous recomposons un corps sensible non anatomique, fait d’une surface-miroir qui nous recouvre chacun entièrement. Un noyau, une concrétion. Comme une forme minérale ou un amas de pixels et d’images numériques broyées. Cette masse se déploie et se contracte dans l’espace, passant par une multitude d’états, laissant parfois se révéler des silhouettes humanoïdes ou animales avant de les noyer de nouveau dans une forme beaucoup plus compacte, créant au passage des images fugaces et incertaines.

Dans les mouvements imprimés du dedans à ce monolithe, les corps et la chorégraphie sont bien là mais déviés, déplacés, pour se faire paysage en mouvement… jusqu’au retour, in extremis, des corps identifiables, encore porteurs des traces de ce voyage parmi l’aléatoire des formes.

Chorégraphie et interpretation : Florencia Demestri & Samuel Lefeuvre

Musique : Raphaëlle Latini

Création Lumière : Nicolas Olivier

Régie Lumière : Aurélie Perret

Costumes : Vanessa Pinto, Natalia Fandiño

Dramaturgie : Arnaud Timmermans

Teaser : Laetitia Bica

Production : LOG asbl

Administration, Production et Diffusion : AMA / France Morin, Anna Six et Cécile Perrichon

Co-Production (en cours)
Charleroi Danse, Les Brigittines, La Place de la Danse – CDCN Toulouse / Occitanie, dans le cadre du dispositif Accueil-Studio, MARS – Mons Arts de la Scène, STUK Leuven
Support : GRAND STUDIO

PROCHAINES DATES :

2022
21+22 Janvier 2022 PREMIERE ! / Festival 30’30 » – Bordeaux (FR)
24+25+26 Mars 2022 / Festival In Movement @ Les Brigittines – Bruxelles (BE)
Septembre 2022 / Festival La Chambre Verte – Auteuil (FR) tbc
Automne 2022 / STUK – Leuven (BE) tbc

0 / 5. 0